Press "Enter" to skip to content

L’évaluation en EPS

Savoir s’équiper avant de grimper en toute sécurité

Evaluer n’est pas noter

L’Education physique et sportive est une discipline d’enseignement. A ce titre, elle est présente dans l’emploi du temps de l’élève entre 2 et 4 heures par semaine de la 6ème à la terminale.

Les enseignements dispensés font l’objet d’évaluations qui permettent de savoir comment les élèves ont intégré et assimilé les éléments qui leur ont été proposés en cours.

L’enseignant peut se prêter à ce genre d’observation-vérification sur chacun de ses cours. Car chacune des consignes délivrées, chacune des tâches réalisées mettent l’élève en situation de faire, et l’enseignant a la possibilité d’observer si la réalisation est conforme aux attentes des exercices proposés.

Nous voulons ainsi préciser que l’acte d’évaluer est différent de l’acte de noter.

Le passage à la note

En fin de séquence ou à des moments clés de l’apprentissage, cette observation pourra, sur la base de critères clairs annoncés aux élèves au préalable, permettre une appréciation mesurant le degré d’acquisition de telle ou telle compétence visée par le programme:

  • Maitrise insuffisante
  • Maitrise fragile
  • Maitrise satisfaisante
  • Maitrise très satisfaisante

Le degré de maîtrise pourra alors être converti en note avec les répètes suivant:

  • Maitrise insuffisante : note inférieure à 8
  • Maitrise fragile : note de 8 à 11
  • Maitrise satisfaisante : note de 12 à 16
  • Maitrise très satisfaisante : note supérieure à 16

Quelle place pour la performance en EPS ?

Depuis le début des années 80, l’éducation physique et sportive a pris ses distances à l’égard de la seule performance dans ses critères d’évaluation.

D’une part parce que la discipline scolaire est différente de l’offre existante en club et milieu associatif et d’autre part, parce que la performance peut trouver explication dans les qualités physiques dont sont dotés les enfants à la naissance, mais aussi dans la pratique sportive extra-scolaire.

La décision a alors été de centrer l’évaluation disciplinaire sur les éléments enseignés en cours pour tenter de les mesurer au plus près.

La performance sans disparaître parce qu’elle propose un cadre d’exigence signifiant dans la société, a été minorée pour ne représenter au final qu’un tiers ou un quart de la note finale.

Qu’est-ce qui est alors évalué puis noté en EPS ?

Dans chacune des activités enseignées, une situation d’évaluation est identifiée et proposée progressivement au cours du cycle à la classe.

Les élèves ont ainsi la possibilité de:

  • reconnaître le dispositif qui servira d’évaluation: espace, adversaires, partenaires, nombres de répétitions ou essais, durée …
  • mieux comprendre les attentes formulées par l’enseignant
  • connaitre les critères qui serviront à l’appréciation et à la notation: barèmes, indicateurs gestuels, postures clés…

Pour exemple de situation d’évaluation

  • En escalade: organiser et réaliser à 2 au moins une voie d’escalade chacun, en respectant les consignes de sécurité, dans un temps imparti de 20′.
  • En football: s’organiser collectivement dans une équipe de 5 pour remonter le ballon vers la zone de tir adverse le plus souvent possible sur 10 tentatives.
  • En Natation: s’échauffer pour pouvoir nager 10′ en crawl et réaliser la meilleure performance possible sous l’observation d’un camarade qui chronomètre et mesure l’efficacité des mouvements de bras.

L’évaluation porte donc non seulement sur la dimension motrice mais également sur des éléments méthodologiques et sociaux qui sont mis en jeu simultanément dans les situation de travail et d’évaluation.

Ainsi, depuis 1985, les notes inscrites sur les bulletins scolaires trimestriels révèlent autant

  • les compétences tactiques, techniques et énergétiques (dimension motrice)
  • la capacité à observer, analyser, comprendre les règles d’efficacité de l’action (dimension méthodologique)
  • le savoir arbitrer, mesurer, chronométrer, aider un partenaire, assurer sa sécurité, composer un plan d’entraînement (dimension sociale)

Qui établit les référentiels d’évaluation et de notation ?

Toutes ces composantes de l’évaluation sont traduites en chiffre suivant des référentiels nationaux pour le bac, et pour le brevet jusqu’à 2015. Des référentiels officiels pour ces examens sont construits et appliqués dans tous les établissements de France ou français de l’étranger.

Pour les référentiels des épreuves obligatoires du Bac EPS, se reporter à la rubrique Bac EPS > Épreuves Nationales Obligatoires.

Pour les autres niveaux de classe qui ne disposent pas de référentiels nationaux (6ème, 5ème, 4ème – 2nde et 1ère), il revient aux équipes pédagogiques EPS de proposer des outils d’évaluation commun en lien avec les programmes d’enseignement nationaux.

Ces référentiels locaux restent cohérents pour préparer progressivement aux échéances de fin d’étude (DNB et Bac).

Quel avenir pour les notes en EPS ?

Le plan de refondation et de programmation pour l’école de la République de 2013 n’interdit pas de noter en cours. Il insiste plutôt sur le lien que les notes doivent entretenir avec la maîtrise ou l’absence de maîtrise de certaines compétences.

Autrement dit, ma note de 13/20 en escalade sur le niveau 3ème peut s’expliquer

  • parce que je parviens à assurer la sécurité de mon partenaire
  • parce que je sais grimper une voie de cotation intermédiaire jusqu’à son sommet, mais je n’y parviens pas encore sans m’octroyer quelques temps de repos en m’installant dans mon baudrier,
  • parce que je grimpe avec une assez bonne aisance mais j’utilise encore trop les bras et pas assez les jambes